Dans la matinée du samedi 11 janvier 2014 dans le quartier du Bois Mont Lambert à Saint-Martin-Boulogne, une femme âgée de 57 ans qui était en train de traverser la route, avait été violemment fauchée non loin de son domicile par un chauffard conduisant une Peugeot 206 rouge. Le conducteur du véhicule qui roulait certainement à une vitesse excessive, avait préféré prendre la fuite sans daigner s’arrêter.

La victime quant à elle, grièvement blessée et plongée dans le coma, avait été transférée durant cette même journée au CHR de Lille. Les enquêteurs de la police arrivés sur place avaient découvert les débris de la coque d’un rétroviseur de couleur rouge bordeaux métallisé, ce qui avait entraîné un premier appel à témoin lancé de la part du commissariat de Boulogne-sur-Mer afin de tenter de retrouver le chauffard ayant causé cet accident en appelant le 03 21 99 48 48, un numéro joignable 24h/24.

Entre-temps, la femme de 57 ans est malheureusement décédée des suites de ses blessures ce lundi 14 janvier 2014 au CHR de Lille. C’est pourquoi, le Parquet de Boulogne qui pourrait ouvrir sous peu une information judiciaire pour homicide involontaire, a décidé de relancer un appel à témoin car le chauffard s’avère être toujours en fuite. En effet, une Peugeot 206 rouge portant une plaque d’immatriculation commençant par les lettres CB est actuellement recherchée, et toute personne susceptible de fournir des renseignements aux autorités par rapport à cette affaire est priée d’appeler soit le 03 21 99 48 48 (24h/24) ou le 03 21 99 48 25.

206

Rappelons qu’un délit de fuite consiste pour un conducteur véhiculé (véhicule à moteur, engin fluvial ou maritime) à prendre délibérément la fuite dans le but d’échapper à des poursuites lorsque celui-ci est impliqué dans un accident. On entend aussi par délit de fuite, le fait qu’il y ait eu une réelle prise de conscience d’avoir provoqué un accident, et d’avoir malgré tout décidé de s’enfuir pour éviter d’assumer sa responsabilité civile et pénale. Ainsi, un conducteur qui commet ce type de délit peut être sanctionné par une peine de prison de trois ans assortie d’une amende de 75 000 euros. Ce même acte peut aussi être réprimandé par une peine de prison de 5 ans assortie de 75 000 euros d’amende en cas de blessures involontaires, et de 7 années de prison assorties d’une amende de 100 000 euros en cas d’homicide involontaire. Des peines complémentaires telles que l’annulation du permis, la confiscation du véhicule ou une peine de travail d’intérêt général peuvent également être décidées à l’encontre du chauffeur.